L’importance de travailler ses forces

drapeau Canada cérémonie d'ouverture
Mike Moffa pads Ariane

photo Jonathan Goulet

Pour exceller en boxe, il faut être polyvalent, mais ça ne veut pas dire qu’il faut savoir tout faire…

Plusieurs boxeurs sont devenus champions parce qu’ils maîtrisaient presque parfaitement certains aspects de leur boxe (ex. contrôle de la distance, déplacements et contre-attaque), alors que leur niveau d’habileté pour d’autres aspects (ex. travail au corps et tight defense) était très moyen… Raison de plus pour améliorer ses forces encore et encore! ;)

Tous les boxeurs qui aspirent à progresser travaillent à développer de nouvelles habiletés au fil de leur carrière (déplacements, mouvements défensifs, feintes, etc.). Particulièrement à cause de la formule tournoi de la boxe olympique, on cherche à avoir une « boîte à outils » diversifiée; au premier combat d’un tournoi, on peut devoir s’adapter à un adversaire gaucher et fonceur puis, le lendemain, à un grand droitier qui contre-attaque beaucoup, etc. Bref, avec ses entraîneurs, on travaille beaucoup ses faiblesses pour devenir polyvalent, et c’est logique de le faire. On veut devenir le plus complet et le plus efficace possible.

Cela dit, il est important de continuer à développer ses forces. Prenons par exemple Ariane Fortin, qui a une excellente gauche… (Ne vous inquiétez pas, je ne ferai pas une Jean Pascal de moi en commençant à parler à la 3e personne, c’est strictement par souci de clarté pour cet exemple!) ;) Donc, Ariane la gauchère a intérêt à rendre sa gauche encore meilleure – en travaillant son explosion, en trouvant de nouvelles feintes ou de nouveaux coups pour la placer, etc. Car, même si ses adversaires savent que c’est sa force, elles ne sauront pas pour autant comment contrer cette gauche sensationnelle (#sarcasme). À l’entraînement, assurez-vous donc d’améliorer vos faiblesses, oui, mais aussi de continuer à améliorer vos forces.

Un plan de match axé sur soi

Plus vous gagnerez en expérience, plus vous serez capable d’adapter votre stratégie spécifiquement à chaque adversaire, et c’est tout à votre honneur! Mais attention à ne pas tomber dans le piège… le danger de « trop bien » étudier l’adversaire est de boxer en réaction à ce qu’il fera et donc à le laisser dicter l’action. En concoctant votre stratégie, assurez-vous de mettre l’accent sur ce que vous ferez dans le ring, peu importe qui se trouve dans l’autre coin. Imposer votre plan de match et servez-vous de vos forces pour dicter l’action!

À lire aussi :

3 qualités essentielles d'un bon intervenant

Book class